Hemorragie a l’Errance – Genèse

de Jean-François JACQ

En cliquant sur le bouton ci-dessous, vous serez renvoyé vers un autre site web qui vous permettra de trouver le document

Jean-François Jacq, né en 1964, est un enfant de la rue au parcours des plus chaotiques ; internement psychiatrique par erreur à l’âge de 14 ans, suivi d’une longue période de paralysie suite à une maladie rare (Guillain Barré).

Présentation par l’auteur

Né en 1964. Mon récit s’achève en 1987. Hémorragie de faits. Enfance sans amour, fruit d’une femme, d’aussi loin que je me souvienne, jamais appelé maman. Le néant affectif, sans amitié aucune. Apprendre à grandir dans le noir, exclu des balbutiements de ce monde. Viol à treize ans. Trouble de la toute première main que l’on pose sur moi. Adolescence où me perdre de nuit en nuit. Une plainte, un cri. Une rage errance. En point de mire, l’abandon. Définitive. Internement psychiatrique, à l’âge de quinze ans, par erreur et sur décision de mes parents. S’en suit une longue hospitalisation entre les murs de Garches, l’objet de mes douleurs étant une maladie rare, syndrome de Guillain-Barré menant à la paralysie complète. Trachéotomie, etc. Ma première rencontre de plein fouet avec la mort. De longs mois à errer en mon propre corps, abandonné de tous; et j’en passe. Ma naissance débute à la jonction de ce jour où la vie reprend le dessus; à devoir réapprendre chichement, progressivement à m’alimenter, à retrouver le goût des aliments, a renouer avec mon propre souffle, avec les gestes les plus simples de la vie, sans oublier de réapprendre à marcher. Mon existence ne pouvait plus, dès lors, que basculer. Chef d’entreprise à dix-huit ans. La mort qui rode, l’assassinat de mon associé; la découverte qu’il m’a escroqué. Ma prime jeunesse vouée à jamais à la plus déchirante des errances. Quelques années passées à la rue, dont l’une sans plus adresser la parole à personne. Sauvé in-extrémis par des femmes – et en particulier, une – dont le dévouement n’aura jamais de cesse de me transpercer le coeur. Nous sommes alors en 1987. J’ai vingt-trois ans, et il me faut alors tout reconstruire. J’ai commencé à écrire à douze ans. C’est bel et bien là, j’en suis sûr, ce qui m’a sauvé. La suite n’est qu’une longue mise en retrait, dans le seul et unique but de me cultiver, de m’enrichir à profusion de livres. Ce récit, j’en suis fier. Il est la trame de mon refus insatiable de tirer un trait sur ce que j’ai vécu.

Jean-François Jacq

"(…) Jean-François Jacq nous livre une genèse. Il nous décrit son errance selon une méthode très rigoureuse, en respectant les faits parvenant ainsi au lecteur totalement intacts. Ce qui rend son oeuvre forte et exceptionnelle, c’est cette délicate alchimie qu’il a su créer entre les émotions et les faits, émotions d’une force indescriptible, accompagnant son errance et nous arrivant d’une manière totalement juste". (Michel Lecorre)

Le livre est disponible en version pdf sur le site de l’éditeur.

Type

Editeur

Langue

Pays d'origine
Collection
Isbn

Isbn numérique
ISSN
Ean

Ean numérique