Le deuil, un lent travail de reconstruction

0,00 

de Christelle BAISIEUX (Assistante sociale), Natacha DEFIVES, Chantal LARCIER (Psychologue), Laurence LATOUR, Marie-Paule MANDY (Psychologue, fondatrice de Domus et de Cep-âge), Christine MARCHAL, Dominique PINCHART (Licenciée en philologie romane)

En cliquant sur le bouton ci-dessous, vous ajouterez ce document à votre panier et pourrez ensuite continuer ou clôturer votre commande

Ce dossier, traite exclusivement du deuil lié au décès d’un proche. On y retrouve une série d’informations utiles mais également des témoignages de soignants et de professionnels endeuillés eux-mêmes par le décès des bénéficiaires qu’ils accompagnent.

Sommaire du dossier :

LE PROCESSUS DU DEUIL – Chantal Larcier
Le deuil est un processus d’adaptation suite au décès d’un proche. La psychologue Chantal Larcier explique les 3 grandes phases du deuil : la phase de choc, la phase de désespoir et la phase de reconstruction. Elle mentionne aussi l’importance d’accepter la réalité de la perte et l’importance d’exprimer la douleur de la perte.

DEUIL ET DÉMARCHES ADMINISTRATIVES – Christine Marchal
Cet article reprend les démarches administratives a effectuer à la suite du décès d’un proche au près du médecin, du service de l’état civil de la commune, de l’entreprise de pompes funèbres, de ma mutuelle et des autres organismes tels que l’employeur, les compagnies d’assurances, les divers organismes fournissant un service …

LES GROUPES DE PAROLE ET D’ENTRAIDE – Laurence Latour
Les groupes de parole peuvent apporter un soutient précieux dans le processus du deuil. Les participants peuvent échanger sur une expérience commune partagée, permettant ainsi d’exprimer sa peine et de normaliser sa propre expérience.

ACCOMPAGNER LES BÉNÉFICIAIRES ET LEURS PROCHES SUR LE CHEMIN DU DEUIL – Entretien avec Natacha Defives
La spécialisation de Natacha Defives l’amène à expérimenter différentes formes de deuil : le deuil que les bénéficiaires en fin de vie font au cours de leur maladie, le deuil de leurs proches, et le deuil qu’elle doit faire au décès des bénéficiaires qu’elle accompagne. Elle note l’importance l’adaptation, chacun ayant un vécu, des attentes et des besoins différents.

ECOUTER ET SOUTENIR UNE ÉQUIPE ENDEUILLÉE – Christel Baisieux
Christel Baisieux assistante sociale a l’ASD souligne l’importance de soutenir les aides familiales face aux deuils qu’elles éprouvent dans la sphère familiale comme professionnelle. La formation sur le deuil proposée par l’ASD leurs permet de s’exprimer, de surmonter leurs souffrances et de travailler plus sereinement avec les bénéficiaires souvent confrontés à la mort et la maladie.

UNE VOIX DANS LA NUIT – Entretien avec Pascale Croes par Laurence Latour
Témoignage de Pascale Croes, téléphoniste chez PSD.
Les téléphonistes sont parfois confrontées au décès d’un bénéficiaire elles ont dès lors le besoin d’en parler rapidement afin d’évacuer les émotions.

PRENDRE SOIN DES SOIGNANTS – Dominique Pinchart
Comment prendre soin des soignants endeuillés par le décès d’un bénéficiaire en fin de vie dont ils se sont occupés pendant une longue période ou parfois juste quelques jours ? Afin de préserver une qualité de soin et de relation, il est nécessaire d’anticiper l’épuisement professionnel et de tenir compte de l’impact émotionnel des situations rencontrées par les soignants.

REGARD D’UNE AIDE FAMILIALE CONGOLAISE ? Entretien avec Joséphine Yambuya par Laurence Latour
Joséphine Yambuya, aide familiale d’origine congolaise apporte au travers de sa culture son regard sur la mort et le deuil. Dans sa culture elle note l’importance du soutien collectif. La mort n’est pas un tabou, elle fait partie de la vie.

ENTRETIEN AVEC JULOS BEAUCARNE – Laurence Latour
Entretien avec Julos Beaucarne face au deuil de son épouse, assassinée dans leur maison le 02 février 1975.

CHACUN FAIT SON DEUIL COMME IL PEUT – Marie-Paule Mandy
Le processus de deuil est unique, personnel et différent pour chaque personne. Cette période peut être plus ou moins longue, certains ressentent le besoin d’en parler et d’autres pas. Il n’y a pas de bonnes ou de mauvaises façons de faire son deuil.

Type

Editeur

Langue

Pays d'origine

Document parent

Vous aimerez peut-être aussi…